-----------------------------------------------------------------
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Axel Maximoff

avatar

Messages : 119

Age du joueur : 28

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Un entrepôt délabré


MessageSujet: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Jeu 12 Avr - 21:38

Après la rencontre avec le Black Mask, l'affaire qui suivit pour suivre une bande de colombiers armés jusqu'aux dents. La prise des sacs, par chance Axel eut le meilleur, celui plein de billet. Suivit, les événements terrible à la GothCorp, ou le rouquin put rencontrer le cryogéniste Fries, la sulfureuse Ysley et le patron Boyle. Depuis son arrivé dans la ville de Gotham, Maximoff, le russe le plus terrible du pays froid, avait déjà vécu pas mal d'aventure. Lors de sa fuite de l'immeuble, lorsqu'il prit sa revanche sur ce gros porc de Boyle, une fois dans l'hélicoptère avec cette bombe de rousse. Axel sentait une pression immense grandir dans son orifice masculin. Un truc énorme, cette femme était incroyablement belle aux yeux du moscovite et ce fou ne trouva pas le moyen de lui dire des choses gentil. Après tout, beaucoup de choses étranges les séparent l'un de l'autre. Pour cela, il décida sens attendre de réel demande provenant de cette femme, Axel préféra quitter les rues désastreuses et la fourberie perverse qui règne à Gotham pour retourner en-dehors de la ville.

Seul dans l'hélicoptère, le russe retourna vers l'aéroport en-dehors de la folie. Son avion de transport, celui qui le mena ici, devait toujours se trouvait dans les entrepôts. Malheureusement, il n'avait plus de coup de pouce, plus aucun sbire pour le servir et étendre son pire criminel sur un nouveau domaine. La concurrence était lourde, car, beaucoup de fou furieux insatiable et incroyablement dangereux parcouraient les rues de Gotham. Puis les deux familles rivales, les Falcones et Maroni, impossible de mettre la main sur une empire du crime, sans avoir un compère pour cette tache. Axel avait prit connaissance des dernières nouvelles, en ramassant de temps à autre, lorsqu'il revenait dans les rues de la ville. Que le Joker, le plus dangereux venait d'être enfermé à Arkham l'asile de dingue. Le commissaire aussi véreux que son pantalon avait trouvé la mort dans cette affaire. Ainsi son prédécesseur, un dénommé Gordon venait de prendre le contrôle de la police. Axel craignait de voir une nouvelle vague de crime, enfin bon. Il pourrait dans le calme, pendant que tout le monde se mange le chignon, étendre son emprise sur le domaine qu'il désire au plus vite.

Assis sur une table, sous l'aile de son avion. Le russe regardait les dernières news de la journée dans le Gotham Globe. Le sac de billet, avec le smiley dessiné dessus devant ses yeux. Avec un tas de fric, il pourrait s'acheter des hommes de mains pour le servir, mais à qui faire une confiance aveugle, pour voir plus grands. Tous ici étaient dingues, des dangereux, au mentale aussi frait qu'une bonne glace à l'eau. Le roux se lécha les lèvres, en voyant une photo de la reporter Rakel Peleonnor. Une fille aussi magnifique, trainait avec cette imbécile de Wayne. Depuis sa venue, il était dommage qu'Axel n'ait pu rencontrer, même avoir une discussion avec le milliardaire. Mais tout bonnement, pourquoi avoir une discussion avec lui, alors que son manoir n'était pas très loin. Son pognon devait se trouver dans un coffre. Axel hésita, avant de beugler comme un mouton. L'idée était invraisemblable et impossible à réaliser.
Le reste des news, ne donnaient rien de beau sur les dernières atrocités. A part une interview d'un jeune prodige du violon, un imbécile qui parle de l'histoire de Gotham et la rubrique horoscope. Axel regarda les écrits sur son signe.

"Cancer:
Vous ferez une belle rencontre, mais ne créer pas de lien, car ceci pour jouer en votre défaveur."


Le russe croisa les genoux, la main sur le menton. De la gauche, il alluma une flamme du bout de ses doigts, le journal prit feu automatiquement. Axel resta longuement assis, perplexe sur la situation aussi étrange qu'impossible à vivre. Il n'avait qu'une seule envie, reprendre le jet et retourner au pays, voir si ses affaires tournent bien. Quand, il se leva brusquement en entendant un bruit sourd en-dehors de l'entrepôt. Rapidement, il dégaina une lame de son étui, invoqua une flamme du bout de sa main. Subitement, un chat noire, apparut juste devant lui.

-Imbécile, crétin, tu crains un chat qui fou le boucan!
beugla le russe pour lui-même.

En se réinstallant, un autre bruit, plus proche, plu fort retentit à l'intérieur de l'entrepôt. Le russe sauta sur la chaise, bondit sur l'aile du jet et guetta le moindre signe suspect qui l'environne.

"-Bordel personne ne sait que l'endroit est occupé" pensa le russe.

Quand une ombre apparut rapidement dans le fond de la pièce. Axel resta calmement sur l'aile, sans se faire voir, il attendait le bon moment pour bondir sur l'inconnu. Sans doute un voleur, un voyou de Gotham, ou un clochard qui veut un endroit pour dormir. Il fallait en avoir le cœur nette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marveluniverse.forumgratuit.org
Harley Quinn



Messages : 137

Date d'inscription : 10/04/2012


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Ven 13 Avr - 18:15

« Merde…Merde, merde et merde. »

Il n’y avait rien de mieux à dire. Certes ils s’étaient bien amusés mais c’était tombé à l’eau. Il avait été capturé de nouveau. Sauvée par sa chasse à l’hom..A la femme elle avait réussi à s’échapper des griffes de la police, mais il n’en avait pas été de même pour Poussin. A force il devait être habitué, c’était maintenant au moins la troisième fois qu’il retrouvait les murs d’Arkham. Et très surement qu’elle-même y trouverait très bientôt une place, juste pour pouvoir s’en échapper de nouveau.

-Pauvre poussin, seul sans moi entre ces murs glacés-

Elle frissonna à l’idée de le voir approché par d’autres des psychologues du centre. Voila qu’elle devait rapidement trouver une solution pour le récupérer. Mais son souci majeur était très certainement sa nouveauté dans le domaine. Certes elle avait réussi à le faire s’évader une première fois grâce à son statut et un peu de ruse, mais elle n’avait pas eu le temps d’apprendre tous les bons plans d’évasion. Et avant de sauver sa peau à lui, elle devait pour le moment trouver une bonne cachette, histoire qu’ils l’oublient un peu. Devait bien y en avoir un ou deux pour prendre la relève non ? Sortir de la ville, c’était l’objectif principal pour le moment. Au détour d’une rue, un bout de papier blanc attira son attention.

« Le Feu Follet Fou, nouvelle terreur de Gotham City »

Elle ne prit même pas la peine de prendre le bout de journal déchiré, lire le gros titre lui avait suffi. Elle pesta en silence, ils étaient déjà passé à autre chose. Si c’était si peu important, pourquoi diable avaient ils mis Mr J. à l’Asile, hein ? Ils devraient bien vite trouver autre chose. Hors de question de se laisser voler la vedette. Ah ça non ! Mais pour le moment il y avait bien plus important. Consciente de son manque de discrétion dans cette tenue bicolore, elle se mit en quête d’un manteau sobre. Se servant de cette agilité chèrement acquise, elle esquivait la lumière . De ruelle en ruelle, elle finirait bien par trouver quelqu’un de commun. Ah ! Il était là. Un manteau noir ajusté, et très surement une envie de pisser irrépressible. Rajustant très légèrement ses couettes, elle s’approcha de lui, silencieusement. Occupé par son activité salvatrice, il n’avait pas prêté attention à ce qui se préparait à l’opposé de ses yeux. Elle sortit de ce petit étui accroché à sa ceinture ce petit pistolet ridiculement coloré qui avait l’avantage insoupçonnable d’être silencieux. Il ressemblait à ce jouet pétardant de cirque, mais celui ci n’avait rien de drôle, et encore moins pour cet homme trahi par sa vessie. Elle s’approcha en silence, et une fois à sa hauteur colla ses lèvres contre sa joue gauche en même temps que le canon de son pistolet, lui, se calait contre les formes grassouillettes de la gauche.

« Faut pas sortir sans ta maman quand la nuit est tombée, chéri. »

-Bang-

Le canon légèrement dirigé vers le haut, il n’avait qu’une infime chance d’en sortir vivant. Il succomba instantanément dans un gargouillement plutôt amusant. Elle ne pouvait pas perdre son temps à le convaincre, ni monter une scène plus intéressante, comme il se plaisait à les appeler, c’était la meilleure solution, au niveau qualité/prix. Le noir absorberait le peu de sang qui coulerait, et puis, le noir teinté d’hémoglobine, cela ne pouvait que lui plaire. Elle enfila le manteau et dénoua ses tresses. Voila qui serait moins suspect que ces fichues fripes. Maintenant, il était toujours question de trouver un endroit calme pour réfléchir. Seulement, elle ne connaissait pas encore assez bien cette fichue ville, elle s’en tiendrait à la chance puisqu’elle n’avait pas le savoir faire de Mr J. C’était surement trop risqué encore de déambuler dans la rue à cette heure la. Sa tête était passée à la télévision..Et elle n’avait pas de quoi essuyer ce maquillage, créé pour être résistant. Voila donc que de nouveau elle errait de sombre ruelle en sombre ruelle. Elle finirait bien par arriver quelque part !

Fatalement, elle finit par voir moins de lumières. Elle qui s’était enracinée dans le quotidien de femme Middle class qui parfois s’amuse en centre ville se laissa un instant captiver par la vue. Sans les lampadaires, la ville qui s’éloignait lentement au rythme de ses pas semblait parée de bijoux. Sans savoir ce qui se tramait dans Gotham, on pourrait alors la prendre ici pour la plus belle ville du monde. Damn, elle n’avait aucune ressource..Son plan serait foutu rapidement, elle ne pourrait pas survivre bien longtemps . Il était temps de sortir sa petite lampe de poche.

-Faire demi-tour serait surement bien plus sage. Je pourrais tout à fait me faire interner aussi.-

Mais une sirène de police au loin-ou la pensée qu'enfermés ils seraient dans des cellules séparées- fit renaître son instinct de survie. Elle réfléchirait plus tard. Après une brève observation, elle put voir quelques lumières au loin. Elle s’approcha avec méfiance. Elle ne voyait pas dans l’obscurité et il était hors de question de mourir bêtement alors qu’il avait besoin de lui ! Si elle avait gardé son maillet les choses auraient été bien plus simples. Mais elle trouverait bien un moyen de le récupérer en temps voulu. Ce n’aurait pas été assez discret. Et de toute façon elle n’était plus vraiment en danger, il n’y avait pas un ch..

-Miaaaw-

Bon, okay, sauf celui la. Elle observa un instant le matou, lui aussi s’était caché sous son noir manteau. Elle sourit et, jugeant que c’était un augure favorable sans avoir à l’ouvrir pour lui lire les intestins, elle entreprit de se cacher dans les entrepôts qu’elle avait atteint de nuit sans rien y connaître. Il aurait été fier d’elle. Surement un instinct criminel qui naît avec nous. Cachette parfaite dans la nuit. Il restait à trouver l’entrée. Ah. Un trou. Heureusement que les piles étaient encore du côté humain. Voila qu’elle était entrée. Souci. Il y avait une autre source de lumière bien plus forte.

-Lumières éteintes touuuuuuutes-

Aussitôt dit, aussitôt fait. Seulement, bref souci. Le chat avait du la trouver franchement sympathique pour l’avoir suivie comme ça. C’était une source à emmerdes les greffiers. Profitant de ce semblant d’affection, elle le prit dans ses bras et se débrouilla à ramener l’matou à la sortie. Elle le jeta comme elle put, il n’apprécia bien sur pas le voyage. Seulement, une action amenant une réaction, elle dut bientôt se rendre à l’évidence qu’elle n’était effectivement pas seule. Et suivant qui c’était, ça poserait vite souci.

« Imbécile, crétin, tu crains un chat qui fou le boucan! »

Un esthète. A n’en point douter. Bien . Il avait remarqué le chat. Tant pis, elle n’aurait qu’a partir discrètement et elle trouverait bien un autre endroit avec un super toit. Seulement, elle n’avait aucune idée d’où il pouvait bien être. Et, persuadée qu’il s’était lancé à la poursuite du chat, ou poussée par la curiosité, elle entreprit de suivre la lumière discrètement. Elle tomberait bien quelque p..Et merde, qui avait foutu ce putain de mur si près. Elle se frotta le bras gauche avec énergie, oubliant presque qu’elle avait sans réfléchir au reste pris cette brèche dans le mur. Mauvaise idée, habituée à l’obscurité elle se retrouva presque aveuglée. Les mains devant les yeux, elle chercha un endroit un peu plus sombre, il n’y en avait que très peu. Cependant, un regard bref sur la salle. Et un gros espoir. Un avion.

-Ne pas savoir piloter c’est un détail. Et un avion balancé sur un Asile, ça peut libérer des prisonniers choisis n’est ce pas ?-

Et voila que la belle, emmitouflée dans son noir manteau s’approchait de l’avion, fascinée. Oubliant de nouveau tout le contexte. Caractéristique de ces hommes passionnés que l’amour fait tout disparaitre.

_________________

“Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Maximoff

avatar

Messages : 119

Age du joueur : 28

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Un entrepôt délabré


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Ven 13 Avr - 20:21

Personne ne savait que les entrepôts étaient vide bien évidemment, car personne en général ne sortait de la ville pour prendre un peu de repos. A part une bande de voyou, qui préparent des plans, les seuls êtres vivants entourant les alentours de la ville, sont des chiens et du gibier. Puis les voitures passant rapidement sur la route, qui se dirige vers le centre ville. Mais personnellement, comme personne ne souhaite venir en-dehors de la ville, il reste un endroit agréable pour se mettre au vert et à l'abri. Axel à genou sur l'aile, regarder l'ombre approchait juste au-dessus de l'avion. Elle n'avait certainement pas pu apercevoir l'inconnu sur les hauteurs comme un aigle cherchant une proie à abattre. Le russe se frotta les mains à l'idée de voir un inconnu dans l'entrepôt sous l'avion, sans doute pour le voler et partir avec. Étrangement, l'ombre semblait perdue, aucunement envie de prendre le contrôle sur l'engin. Alors pourquoi Axel avait cette soudaine envie de bondir et faire le mal encore une fois? Sans doute l'ambiance actuel de cette ville de dingue.

Subitement, son ventre fit un gargouillis, le silence dans l'entrepôt en fut perturbé. Le bruit s'éleva au-dessus du silence de la nuit, Axel chercha un moyen d'agir au plus vite. Lentement il remonta sur le fuselage de l'avion, regardant à chaque instant le moindre mouvement de l'inconnu. Ses yeux pleins de haine, sans une réel lumière, il alluma une petite flamme au bout de son index. Il entra par un hublot dans l'appareil et se dirigea vers le Cockpit. Il posa son derrière sur le siège du pilote et farfouilla dans les compartiments de rangement. Dans une boîte sous le fauteuil du pilote, il trouva plein de papier étrange, des paquets de cigarette, marque provenant de Russie. Puis un pistolet à coup, Magnum. Une chance puisque son calibre se trouvait à la GothCorp confisqué par le chef de la sécurité. D'ailleurs à ce moment précis, le rouquin se jura de retourner dans le bâtiment pour reprendre son bien personnel, le cadeau du paternel lors de son dixième anniversaire et son entrée dans la famille mafieuse. Il fourra l'arme dans la ceinture de son pantalon, coiffa sa chevelure de feu avec l'aide de ses mains et retourna dehors. Le bruit des pas de l'inconnu raisonné encore sous l'habitacle. Rapidement, avec une souplesse digne d'un athlète des pays de l'Est. Il atterrit sur le sol, juste derrière l'ombre. Dégainant l'arme rapidement, il reforma sa flamme sur son index et demanda:

Retournez vous!

Elle se retourna, Axel resta comme un con devant cette femme terriblement belle et aussi dangereuse que son doux visage. La plante du Joker, sa collaboratrice. Le russe reconnu l'étrange femme, grâce aux photos paru dans le journal, avec le clown au sourire. Donc elle avait réussi à échapper à la police et ne fut pas internée à l'asile. Dommage pour elle, car sa seule carrure de déesse pourrait lui faire beaucoup davantage à l'intérieur de cette asile, surtout avec son vilain bonhomme à l'intérieur. Axel souriait, l'arlequine juste sous son arme, mais il préféra se méfier, elle était imprévisible. Le charme de la créature faillit détourner le rouquin de son objectif premier savoir le but de sa venue. Malheureusement, son cœur était promis à une autre, mais cette amour était impossible. (Isley fait tourner la tête de notre ami flambant). Les images de la rousse voluptueuse et sculpturale, l'envahissait en cette instant précis. Axel essaya de penser à autre chose, la sueur perlait sur son front, son sourire carnassier se dessina sur son visage. Ses mains tremblaient, il avait presque oublier la présence de Harley. Ses pensées perverses, voir parfois salace lui bouffer le cerveau.
Lorsque un son sourd retentit une nouvelle fois au fond de l'entrepôt, rapidement le russe retrouva son esprit et reprit le contrôle de son corps. L'arme toujours pointait en plein centre du front de son adversaire, il demanda.

Que me vaut l'honneur de votre visite madame Queen. Pardonnez ma familiarité, mais je vous connais, enfin, grâce au photo de vous et votre compagnon paru dans le Gotham Globe ces derniers temps. On ne parle que de votre boss, ami, amour! Tel est la question, mais je m'en fou. Son impatience reprenais le dessus sur son calme. Il commençait à parler et se saouler lui-même. Alors pourquoi une femme aussi dangereuse que vous, viens de rejoindre un entrepôt en dehors de la ville. Surtout un qui semble déjà occupé.

Par respect pour la gente féminine et surtout parce qu'il lui semblait que cette femme ne voulait pas de mal. Elle cherchait certainement à retrouver son amour de toujours. Le russe baissa son arme, tout en gardant la flamme de son index pour éclairer la scène. Il mit une main au fond de sa poche, en remettant son arme à sa ceinture et guetta la réponse de Harley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marveluniverse.forumgratuit.org
Harley Quinn



Messages : 137

Date d'inscription : 10/04/2012


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Lun 16 Avr - 15:20

La procédure était simple. Elle apprendrait à conduire cet engin de malheur une fois dedans. Ca ne devait pas être bien plus compliqué que pour une voiture, une moto ou quoi que ce soit qui ait des roues, des hélices ou bien des ailes. Et de toute façon elle n’avait pas l’intention de s’en servir de nouveau alors peu importait qu’il n’arrive pas à bon port véritablement entier. Il devait bien entendu appartenir à quelqu’un. Peut être même qu’il lui manquerait. Mais son poussin en prison, personne ne semblait mériter clémence, ni même respect. C’était eux deux contre le monde. Le propriétaire n’était pas eux, il était donc un ennemi de plus à compter. Pour avoir de quoi se permettre d’avoir un avion, il devait de toute façon s’être livré de par le passé à des actes plus ou moins répréhensibles alors pourquoi donc s’en faire. D’ailleurs, ce propriétaire méritait bien plus sa place en prison que son petit chéri peinturluré. Pauvre amour, tout seul, à la merci de …Non. Plus pour longtemps, écartez vous, femmes impures, Harley va venir le libérer.

-Bel engin. –

Indeed. Certes, ça aurait été bien plus amusant de détourner un avion de ligne pendant le vol et profiter ainsi de l’occasion pour faire d’une pierre deux coups. Mais, un peu de réalisme que diable ! Pour ça il aurait été nécessaire de prendre l’avion. Et aussi paradoxal que ça pouvait sembler en ce moment même, elle avait toujours refusé de partir en vacances pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait aucune confiance en ces oiseaux de métal miteux. Mais que ne ferait-elle pas pour Mr J. Le monde avait besoin de lui, elle avait besoin de lui. Ils ne le savaient pas encore, mais elle avait foi en ses projets, et ce serait bientôt lui qui aurait la main basse sur cette putain de ville. Les rats courent encore, mais bientôt ils déambuleront avec sur le visage la marque indélébile de leur futur maître. Ce n’était qu’une question de temps. Ils s’étaient découverts il y a peu, mais le temps est une notion bien arbitraire. Persuadée de connaître cet homme si passionnant, elle qui avait déjà donné son cœur donnerait tout aussi aisément son esprit et son corps pour la réussite de ses plans délicieusement brodés.
La première question était de taille. Comment on monte dans ces trucs la. Par l’aile ? Surement. Mais alors, seconde question évidente..Comment atteindre cette putain d’aile. Quelques centimètres de plus n’auraient pas été de trop mais ils n’étaient pas la. Elle devrait donc trouver une autre solution. Un bref regard en arrière, pas de chaises ni de tables.

-Bien sur-

Elle porta de nouveau son regard sur la bête et posa sa main dessus la tôle froide et surement coupante par endroits. Elle laissa sa main glisser, rêveuse. Elle pensait déjà à ces retrouvailles délicieuses avec son acolyte. Mais de toute évidence, les plans d’évasion devraient être remis à un peu plus tard. Voila un bruit qui lui était familier. Les boyaux qui semblent se tordent dans tous les sens sous l’action de la faim, voila ce que c’était. Bref mais assez soudain pour avoir mis ses sens en alerte.

-Rev’la le chat ? Y fait de drôles de bruit…-

C’est amusant de voir comme l’esprit cherche à se rassurer en se créant des mythes amusants. Bien sur que non ce n’était pas le chat. Pour preuve, à peine eût elle le temps de commencer à penser à se retourner pour filer un coup de savate à ce putain de greffier qui était bien mignon mais allait très surement la faire remarquer inutilement que PAF. On lui intimait de se retourner. Intimer ? Certes non, c’était viril, décidé. Pas moyen de passer a côté. Elle aurait ri si elle n’avait pressenti la gâchette se mettre en tête la sienne. La demoiselle s’était donc retournée. Stupeur. Son ennemi avait des cheveux de feu. Un bref sourire illumina son visage, elle posa gracieusement une main sur la hanche gauche et le regarda un long moment sans bouger. Un roux enflammé. Voila qui était on ne peut plus intéressant. Surement un briquet habilement dissimulé. Mais peu importait, elle n’avait pas le moins du monde l’intention de laisser sa course s’arrêter ici.
Pour un homme qui avait peur des chats, il semblait bien sur de lui. Surement pourrait-elle en jouer le moment voulu. Il souriait. Elle le regardait plutôt amusée. Finalement, son expression se mua en quelque chose d’un peu plus effrayant. Mais rien de plus terrible que cette lueur au fond des yeux de Mr J. Il ne valait pas tripette à côté du grand clown. Lentement, le pistolet –un magnum non ?- semblait piquer du nez, alors que surement quelque chose d’autre pointait maintenant vers le ciel. Enfin. Un nouveau chat surement et voila qu’on en revenait au point de départ. Elle aurait du bouger, mais son charme aurait du faire mouche . Elle ne bougea pas d’un centimètre. La peur lui faisait moins peur qu’une potentielle rivale. Elle ne le quittait pas du regard.

Ainsi donc, il l’avait reconnue. Surement qu’il serait fier, poussin, de savoir qu’enfin ils avaient réussi à rester sur certaines lèvres et s’imposer à d’autres cerveaux. Elle allait lui reprocher un peu trop de froideur par rapport à une demoiselle sans défense couverte de sang. Mais il baissa son arme après avoir fini de parler. Elle prit donc le temps de choisir ses mots, et, passant calmement la main sur le métal proche, elle laissa s’envoler le son de sa voix.

« Voila qui est bien impoli de présenter un tel engin au visage d’une femme sans défense avant même de s’être présenté. Je ne connais encore ni votre nom ni votre réputation, et vous ne semblez pas décidé à faire la LUMIERE sur cette affaire. »

Elle haussa légèrement un sourcil et porta de nouveau son attention sur lui. Elle tenta un pas en avant, afin de jauger les risques.

« J’ai quelqu’un à libérer. Ils sont à mes trousses. Et quelle meilleure compagnie pouvais-je trouver ! Vous n’allez tout de même pas laisser une pauvre femme perdue et en détresse seule dans le noir n’est ce pas ?»

Un nouveau pas en avant, elle se retrouva assez proche pour se permettre de recaler une mèche derrière l’oreille du Russe qui ne semblait plus si agressif que ça. Elle se savait en danger potentiel, et elle n’était pas femme à jouer avec le feu sans réfléchir.

_________________

“Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Maximoff

avatar

Messages : 119

Age du joueur : 28

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Un entrepôt délabré


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Mar 17 Avr - 15:57

Tout en regardant la femme fatale du Joker, le russe se dit que le clown burlesque avait un certains don, pour s'entourer de femme aussi magnifique que dangereuse. Elle regardait Axel comme un pauvre petit chat blessé, aucune crainte dans les yeux, aucun tremblement suspect. Cette femme gardait le contrôle totale sur son esprit, en sachant certainement, qu'un seule mouvement dangereux pourrait lui couter la vie. Bien que criminel, avide de faire le mal et se blinder les poches de fric. Axel n'aimait pas faire de mal aux femmes, peut importe de quelle côté de la loi elles se trouvent. La demoiselle du Joker dit que l'impolitesse du rouquin est grave, Axel sens excusa d'un signe de tête. Lui, le grand, le beau, le calme et flamboyant russe, devenait impolie. Certainement les mauvais effets provenant de Gotham. Alors pour être digne de son nom et pour lui-même il s'excusa:

Pardonnez ma brusquerie en braquant une arme sur vous madame. Je me nomme Axel Maximoff, je viens de Russie.

Elle se moquait certainement de l'endroit exact, voir le lieu ou provenait notre homme. Mais Axel préféra dire le nécessaire avant de continuer en reprenant la parole.

Depuis mon arrivée à Gotham, je n'ai pas eu tellement de chance, veuillez encore m'en excuser. Peut importe de quelle côté vous vous trouvez. De la loi ou nom, puisque le Joker est votre favori. Je ne vous ferez aucun mal. Mon honneur en serais bafoué, si jamais j’ose un jour faire du mal à la plus des créatures de notre créateur à tous.

Les simples formalités de présentations ne coutaient rien au Russe pour se faire connaître. Il rangea son flingue à sa ceinture et éteint rapidement la flammèche au bout de son index. L'atmosphère retrouva son aspect seins, plus aucune électricité dans l'air, plus rien. Seulement, deux inconnus l'un pour l'autre.

Un moment de flottement s'installa entre eux, quand la jeune femme s'approcha. Le russe fit un pas en arrière, avant de se laisser faire. Si jamais un geste dangereux, provenait de l'arlequine, et bien Axel devrait agir en conséquence, bien que tout ceci ne se trouve pas dans son caractère de beau gosse gentlemen. Queen passa une mèche de cheveux de notre homme derrière son oreille. Son souffle lent et chaud parcourait le visage du Russe. Un léger frisson lui perturba le bas du dos. Il n'avait pas pour habitude qu'une femme le touche aussi délicatement. Bien que très charmante, belle comme une fleure en pleine épanouissement. Son cœur balançait pour une autre femme, mais celle-ci ne le savait malheureusement pas. Les gestes souples et délicat de Harley, caressant la chevelure de feu du russe, réussit à calmer le grand gaillard, fier à bras dans son costume.

Durant un certains temps, il contempla se visage magnifique, ses yeux de miel et cette bouche ou il aimerait bien déposer un doux baiser. Mais elle appartenait à un autre, à ce fou furieux de Joker. Cet homme au sourire large, un gars qui met du rouge à lèvre et se maquille, quelle crétin! pensa le russe. Puis, il recula, les yeux brillant et la pensée du criminel dans l'asile et son amoureuse dans l'entrepôt. Axel demanda donc:

Avant de continuer plus avant, j'aimerais bien savoir pourquoi une jeune femme de voter acabit se trouve en dehors de Gotham.J'ai bien une petite idée de vos prochaines affaires, si jamais vous avez besoin d'aide se sera avec plaisir.

Tout ceci ne l’enchantait pas beaucoup, mais voir une femme seule, qui essaye le pense-t-il. Essaye de trouver un moyen pour délivrer son élu, mit un entrain certains au Russe. Axel n'aimait pas le Joker, il avait déjà faillit lui mettre des battons dans les roues avant ce jour. Donc pourquoi pas changer d'avis et se faire du dingue un allié de renom? Le rouquin essuya avec un petit mouchoir en soie, qu'il retira de sa poche, une goutte de sueur coulant de son front. Avant de reprendre:

Vous aurez mon aide pour vos prochaines action, si vous avez besoin d'aide madame!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marveluniverse.forumgratuit.org
Harley Quinn



Messages : 137

Date d'inscription : 10/04/2012


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Dim 6 Mai - 13:24

Y avait-il un réel risque pour elle en ce moment ? Elle avait beau être la complice récente d’un grand malade, elle n’en demeurait pas pour autant autre chose qu’une femme au passé inintéressant. Elle écrasait des cerveaux à coup de masse mais elle n’avait jamais osé enfreindre la loi de par le passé. Ah quels changements est-on prêt à opérer par amour. Il avait fait d’elle une vraie femme. Echangé son indépendance sentimentale contre une vie pleine d’aventures et de rebondissements. Et tout cela l’avait menée seule, de nuit face à cet homme aux capacités étranges. Pour le moment il semblait seulement jouer avec un briquet bien caché pour épater la gallerie, entité purement féminine par essence. Elle ne se départissait pas de son sourire affriolant. Après tout, surement que sa survie dépendait de cette plastique bien entretenue. Il était peut être puissant mais en demeurait un homme. Ce qui était pour le coup tout à son avantage.

-Un russe ? C’est mon premier.-

Elle redoubla de sourire. L’attrait de l’exotisme. Le feu de ses cheveux. Si elle n’en aurait fait un amant, elle pouvait toujours s’en faire un allié plaisant. Elle était plutôt difficile cependant. Et elle devait trouver le secret de ces petites flammes amusantes.

« Je suis enchantée, enfin. Ochen priyatno. »


Sourire un peu plus amusé. Savoir dire quelques petites choses dans plein de petites langues amusantes, ça pouvait parfois s’avérer utile. Finalement, sous sa super malpolitesse, il était tout à fait bien éduqué. C’était vraiment appréciable. Elle l’écouta donc avec plaisir. Après tout tant qu’il était agréable, elle prendrait bien du plaisir à converser avec.

« Voila des paroles bien délicates, et un homme tout à fait charmant. »

L’homme rangea son pistolet. Voila qu’elle était tirée d’affaire. Grand moment. Il était temps de mettre en place le futur dès maintenant. Tout dépendrait surement de la suite de son attitude. Elle joignit ses mains dans le dos, conservant une certaine cambrure des hanches, juste au cas où. Et pourtant. Il s’était éloigné, elle n’avait pas bougé. Imperturbable, avec dans les yeux la flamme des idées folles. Ayant attendu qu’il sorte son mouchoir, drapeau blanc. Signe de trêve définitive, la femme s’approcha de la carlingue d’acier donc elle flatta le flanc.

« Vous voila bien au fait des choses. Vous ne seriez si charmant je craindrai surement pour ma vie. Cependant, j’ai bel et bien besoin de votre aide. Il ne peut rester enfermer plus longtemps. La ville a besoin de divertissements. Sans nos pitreries, ils seraient malheureux, vous comprenez ? »

Elle se tourna vers lui, arborant une mimique triste. Et elle se mit à rire.

« Que pensez vous de nous y mettre sans attendre mon cher ami ? Il ne nous reste qu’à choisir entre la subtilité et la manière forte. Je vous laisse ce privilège. »

Enjouée, elle vint s’accrocher à son bras.

_________________

“Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axel Maximoff

avatar

Messages : 119

Age du joueur : 28

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Un entrepôt délabré


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Mer 16 Mai - 14:13

Comme toutes les femmes aussi charmantes que cruel, la demoiselle jouait de ses formes à ravir et surtout de sa beauté. Bien que cela ne déplaise au russe. Lui qui aimait les femmes superbes et pulpeuses un peu dans son genre et celle de la charmante Pamela Isley, le rouquin ne pouvait pas se perdre dans les méandres de son cœur. Il y avait déjà bien des choses à faire, des affaires bien plus urgentes que de prendre le temps de papoter, avec un femme magnifique et de converser autour d'un verre. Elle vint s'accrocher à son bras, avide de savoir les prochaines paroles de futur compagnon, le Joker était enfermé comme un mal propre à l'intérieur de l'asile. Le russe ne l'aimait pas beaucoup après les derniers événement ayant perturbé Gotham. Mais, pour se faire un place importante dans la crime et les affaires importantes dans la ville folle, il faudrait bien des alliés puissant et complétement azimuté du cerveau. Le rouquin, passa une main légère sur celle de la jeune femme. Ne délaissant pas son accrochage. Avant de reprendre.

Madame, je ne suis pas aussi charmeur que cela et mes paroles ne font pas tout d'un homme. Je peux devenir affreusement cruel, quand le temps me manque et que la colère prends le dessus sur mon calme habituel.

Il ne cherchait pas à se faire plaindre par Harley, bien qu'un doux baiser lui chatouillait les bords de ses lèvres. Son envie d'empoigner la jeune criminel et de lui déposer un bisou lent et langoureux lui serra l'estomac. Alors qu'elle était accroché à son bras, les mains délicatement posaient dans le creux de son avant-bras, le russe ne daigna même pas lui lancer un regard amicale. Sinon la petite lueur dans ses yeux pourrait certainement trahir son envie. Pour ne pas se faire prendre à son propre piège, le rouquin se mit à répondre à la dernière question.

L'idée d'agir en bourrin me plaît assez, mais je préfère agir avec délicatesse pour le moment. Nous pourrions pénétrer plus que simplement dans l'asile et trouver votre prince rapidement. Malheureusement, je pense que pour le faire sortir nous devrons utiliser la manière forte et sans doute, mettre quelques hommes au sol. Il m'est pour le moment impossible de connaître les lieux et de savoir ce qui se passe à l'asile, mais je peux prendre les devants et faire un repérage des lieux.

Le russe se doit de se faire un nom dans la criminalité grandissante de Gotham. Se faire une place au centre du cercle très fermé des grands pontes de cette société. Parce que de jours en jours, des monstres et des personnages aux couleurs différentes voyait la ville devenir de plus en plus petites. Axel devait agir au plus vite et mettre un plan en place, pour aider Harley. Le Joker, ce clown grossier, au sourire de malade inquiétait beaucoup le russe et l'inconvénient sera certainement les deux caractères très différents des deux hommes. Pour ça, on dit souvent qu'il faut prendre sur soit et participer à l'expansion du monde sans devenir l'un des crétins qui résiste! Axel retira lentement et avec beaucoup de douceur de la jeune femme, lui déposa un léger baiser sur le dos et reprit:

Madame nous devrions partir le plus vite, je prends le stricte minimum et nous y allons. Avant avez-vous une idée de l'endroit ou est enfermé votre ami?

Il savait a peu près à quelle endroit se trouvait l'asile, mais à l'intérieur il y avait tellement de chambres, de couloirs. L'asile est un véritable labyrinthe pour un novice, quand une idée lui traversa l'esprit. Avant il attendit les réflexions de Harley pour lui donner son idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marveluniverse.forumgratuit.org
Harley Quinn



Messages : 137

Date d'inscription : 10/04/2012


MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   Lun 4 Juin - 0:14

Si elle avait juré fidélité sans même avoir besoin de le signaler à Pudding, elle ne se privait cependant pas pour profiter allègrement de ses charmes. Si elle n'en aimait qu'un, elle ne boudait pas parfois la compagnie d'autres et elle savait qu'ils auraient de toute façon bien besoin d'alliés dans cette guerre terrible qui était née il y a peu dans les tréfonds de cette ville désespérément triste et définitivement perdue. Voila qu'elle avait sûrement trouvé quelqu'un pour l'aider à libérer vous-savez qui. Elle ne devait pourtant pas perdre la tête dans cette histoire, il pouvait très bien lui avoir menti et n'avoir aucunement l'intention de l'aider. Il pouvait très bien avoir tout inventé et s'apprêter à la livrer, seule et chancelante à la police. Non. La police avait bien trop de travail en ce moment, et il n'avait pas vraiment l'air d'être de ces hommes respectables qui peuvent s'y frotter sans craindre qu'un contrôle leur fasse perdre bien plus que quelques liasses de billets. Tout dépendait de lui désormais. Elle s'était faite surprendre, et même s'il avait déposé les armes, il restait pour l'instant maître de la situation. Accrochée à son bras elle attendait avec une patience toute enjouée. Aucune peur, la confiance lui donnait des ailes. Il passa sa main sur la sienne, un bref sourire de contentement passa sur son visage avant d'y mourir aussi vite.

Il s'était mis à pleuvoir. Ce détail n'importait que peu au final, mais le bruit nouveau de la pluie qui venait s'écraser de plus en plus fort contre le plafond l'apaisait. La pluie lui avait toujours fait le plus grand bien et elle ne comptait pas se priver de ce plaisir.. Et puis, le bruit couvre les escapades. La pluie fait rester les gens chez eux et cela laisse la voie encore plus libre pour le reste. Qui craint la pluie alors qu'elle dispense tant de bienfaits. Sûrement pas la jeune harley qui vient juste de découvrir la saveur de la vie. On ne demande jamais te tarte à la fraise avant d'en avoir goûté. Mais la première bouchée vous condamne à une vie d'errance à la recherche de ce dessert délectable. Voila qu'il évoqua sa cruauté passagère. Elle repensa en souriant aux accès de colère de son cher et tendre qui devait surement passer ses nerfs sur les infirmières ou bien les murs. Il avait porté la main une seule fois sur elle, mais ce n'était pas assez fort pour qu'elle s'en formalise. Qui aime bien châtit bien. Joyeusement elle rétorqua.

« J'ai toujours aimé les hommes au tempérament de feu. Si parfois on peut douter de la confiance qu'on peut leur accorder, on sait qu'on peut toujours compter sur eux pour foncer dans la fête. Et que serait la vie sans fête, Axel. Que serait la vie sans fête. »

Secouant le bras qui était resté libre elle s'était exprimée avec son emphase habituelle. Toujours enthousiaste elle n'allait pas se plaindre de l'opportunité. S'il n'était pas bien fin parfois elle ne l'était pas plus. Sûrement feraient ils un duo bien explosif. Et cela ne déplairait ni à la belle, ni à son chef captif. Après tout, si il était violent elle n'hésiterait pas à défendre chèrement sa vie. Elle n'avait que lui à perdre et ne pouvait le souffrir, elle ne pouvait donc pas mourir. C'était inconcevable. Tout bonnement inconcevable. Et voilà que le choix était désormais fait. Ce serait la délicatesse. Elle entortilla une de ses mèches autour de l'index de sa main libre, le regard perdu dans le plafond où raisonnait encore le bruit de la pluie. Tout cela lui semblait charmant.

« Entrer ne sera en effet pas un problème. J'ai encore de bien caché les clés nécessaires et ils ne m'ont surement pas déjà oubliée. Je ne suis pas partie il y a bien longtemps et je peux encore jouer de ma relative célébrité. Sortir sera un peu plus délicat cependant, les grilles sont hautes, les portails refermés assez rapidement. Les surveillants sont armés et possèdent des gilets pare balle. Ils sont bien entraînés. Il faut dire, vu qui ils ont a garder...Mais rien n'est impossible, nous l'avons déjà fait une fois et ils ne changent pas les mesures de sécurité si rapidement. Le temps est encore en notre faveur. N'est ce pas excitant Monsieur  Maximoff ?»

Se disant, elle secoua légèrement son bras avec la même emphase qu'elle avait exprimé jusque la. Tout ca était à la hauteur de ses attentes. Il y aurait bientôt du sport.

« Je connais les lieux comme ma poche, il faudra simplement préparer le plan avant de faire quoi que ce soit. Si on ne risque pas grand chose au fond on ne peut pas nous permettre de se tromper !  Il faudra surement choisir entre la mission sauvetage et la mission de détournement de l'attention pour qu'il puisse profiter de la situation pour s'enfuir. Pourquoi pas couper le courant général ? Ou faire en sorte d'ouvrir toutes les portes ? Ce pourrait être amusant !»


Finalement il s'était détaché. Il avait baisé son front, elle avait souri. Il était temps de passer aux choses sérieuses. Plus le temps de batifoler mon général il faut désormais monter au front et sans la fleur au bout du fusil.

« De toute façon, les plus dangereux ont été mis en haut du bâtiment, ils pensent que de toute façon ils ne pourront jamais sortir par en haut . Une bonne occasion de leur montrer qu'ils ont tord ?  La nuit sera une bonne couverture de plus, attendons peut être l'heure ou leurs esprits s'endorment. Il faudrait frapper idéalement vers 3heures ce matin. Qu'en pensez vous ?»

Elle le regarda, mains sur les hanches. Ils avaient encore un peu temps. UN temps largement nécessaire.

-Nous voila mon amour !-

_________________

“Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi tu sort? Pourquoi tu viens?(PV Harley Queen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pourquoi lait entier
» Pourquoi Mourrons nous ?
» pourquoi l'or fondu devient noir.
» Cold Case
» Broadway Limited de Malika Ferdjoukh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gotham City :: En dehors de la ville-
Sauter vers: