-----------------------------------------------------------------
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière

Aller en bas 
AuteurMessage
Master Rp

avatar

Messages : 31

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Gotham City


MessageSujet: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Jeu 19 Avr - 10:07

Le docteur Hugo Strange


Le plus célèbre de tous les psychiatres de Gotham City se trouvait dans son cabinet de consultation, presque situé au sommet de l’un des grands immeubles du centre-ville. Derrière son bureau, les patients qu’il recevait en consultation, pouvait observer une gigantesque baie vitrée offrant une vue époustouflante des gratte-ciels de Gotham City.

En ce moment même, le docteur Strange recevait un patient et lui expliquait :

« Tout va bien Anthony, tout va très bien. Franchir les limites de votre inconscient signifie parfois haïr, il faut d’abord que vous acceptiez cette réalité pour pouvoir ensuite avancer, vous ne devez pas vous haïr pour ce que vous êtes. Vous êtes fondamentalement bon et puissant, sans cela vous ne seriez pas avec moi en ce moment. Il se trouve seulement que vous devez vaincre un seuil de violence exceptionnellement élevé afin de pouvoir atteindre votre moi profond. Bien ce sera tout pour aujourd’hui Anthony, vous pouvez rentrer chez vous. On se reverra la semaine prochaine, toujours à la même heure. »

Son client lui signa un imposant chèque et s’en alla. Le docteur Strange fit pivoter son fauteuil et resta un instant à contempler Gotham City, les mains jointes sous son menton en un geste pensif. Puis il se leva et se dirigea vers une étagère de bibliothèque. Il bougea un livre (un ouvrage sur la symbolique des rêves de Carl Jung) ce qui actionna un mécanisme, l’étagère bougea en dévoilant un passage secret. Le psychiatre entra à l’intérieur. Il y avait un autre bureau, son vrai bureau. Pas celui qui servait de façade officiel à ses visiteurs et ses patients. La pièce secrète contenait quantité d’armoires métalliques à dossiers et d’étagères de livre de psychiatrie. Un mur entier affichait une immense carte de Gotham City. Strange y avait punaisé en rouge les adresses de ses patients esclaves, ceux qu’il contrôlait grâce à la drogue et l’hypnose, ils accomplissaient des crimes pour lui. Et il avait punaisé en vert les patients qui deviendraient bientôt ses choses, ceux qui n’étaient pas encore sous son contrôle. Le docteur déplaça un portrait de lui-même qu’il avait mis là par mégalomanie et ouvrit le coffre-fort qui était caché derrière. A l’intérieur, il prit un dossier médical et le posa sur son bureau. Bien installé, il se mit à lire en le feuilletant :

Depuis ma précédente analyse, le sujet a présenté, les modèles du comportement type du criminel, il est la démonstration flagrante de ce qu’enseignent les ouvrages spécialisés sur la paranoïa et la sociopathie. Ses passages à l’acte ne seront pas brutaux, il manifeste une grande maîtrise de ses pulsions de violences, il aime contempler les sévices physiques du au feu. Il a besoin de soulager ses pulsions pyromanes sur des êtres humains. Ma thérapie n’a servi à rien, cet homme est un psychopathe au plein sens du terme. Il est évident qu’une fois sortit de l’asile où il suit juste une thérapie pour ses troubles, il deviendra vraiment un criminel pour assouvir ses pulsions pyromanes psychosomatiques. Les flammes excitent ses stimuli sensoriels. L’immolation par le feu est l’aboutissement de son obsession.

Le docteur fronça les sourcils. Devait-il le faire ? Ce patient qu’il avait croisé à l’asile d’Arkham par le passé (le docteur était souvent convié par le directeur, le docteur Jeremiah Arkham à venir observer et analyser des détenus) était pour lui le Feu Follet Fou, terrible serial killer qui massacrait les gens par le feu, ça ne faisait aucun doute pour lui. Devait-il avertir la police sur cette piste ? Non, il préférait éviter les forces de l’ordre au vu de ses activités criminelles occultes. Mais alors qui ? Il pensa au média. Après avoir réfléchit longtemps, il avait porté son choix sur une journaliste d’investigation qui lui semblait plus originale que les autres à cause de son goût prononcé pour la chose la plus étrange de la ville. La chauve-souris, un cas particulièrement fascinant et un mystère que le psychiatre rêvait de résoudre. Il s’empara du téléphone à portée de main sur son bureau et appela le Gotham Globe, il demanda à parler à Peleonor.

« Mademoiselle, j’espère que je ne vous dérange pas, je me présente, le docteur Hugo Strange, psychiatre et diplômé de l’université de médecine de Gotham. Je pense avoir découvert la véritable identité du Feu Follet Fou, mais je n’ose pas contacter la police, ils ne me prendront pas au sérieux. Je souhaite vous rencontrer dans un endroit très discret à une heure où il n’y a personne afin de ne pas être vu ou dérangé. Mes révélations sont de la plus haute importance et j’aimerais savoir s’il serait possible de les divulguer dans la presse sans que mon nom n’apparaisse nulle part, j’ai peur des représailles du tueur. »

Il se frotta le menton pensif en songeant à un lieu de rencontre et trouva un endroit qui convenait parfaitement.

« Que diriez-vous de me rejoindre ce soir à minuit dans le cimetière ? Juste en face de la sépulture la plus connus de la ville, les tombes de Thomas et Martha Wayne. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Gotham Princess & Batman's love
avatar

Messages : 501

Date d'inscription : 29/11/2011

Localisation : Avec Batou


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Jeu 19 Avr - 20:40

L'angoisse de toute personne vivant de l'écriture, la page blanche. Je faisais mon possible pour trouver un nouveau sujet d'article, et je n'avais pas envie d'écrire sur le Batman, il ne fallait pas épuiser le sujet, et je n'avais rien trouvé d'intéressant à dire sur lui. J'avais l'impression que tout était trop calme, tout ou presque, Feu Follet Fou faisait parler tout le monde mais il n'y avait presque aucune information qui ne filtrait sur lui. Partir chercher des informations sur lui? Pourquoi pas, mais c'était un profond psychopathe, c'était dangereux de tenter de suivre sa trace, et je devais avouer que j'étais pas mal surveillée, mon père n'aimait pas trop l'idée que je me suis fait reconduire chez moi par le chevalier noir, depuis il était plus difficile de s'échapper pour courir les rues à la recherche d'information. Je baillais au corneille, musique dans les oreilles lorsqu'un collègue arracha l'un de mes écouteurs, me demandant en susurrant proche de mon oreille de décrocher mon téléphone qui ne cessait de sonner. Je lui jetais un petit coup d'oeil noir, et arrachais le second écouteur avant de décrocher le téléphone :

"Rakel Peleonor, j'écoute."

La voix au bout du fil n'était pas réellement rassurante, une voix d'homme. Une seule chose était clair, je ne connaissais pas cet homme, mais il ne laissait pas planer le mystère, il se présentait comme il le fallait, attirant rapidement mon attention. Je levais les yeux au ciel, un petit remerciement, alors que j'attendais un sujet d'article il venait de me tomber du ciel, décidément, j'avais de la chance et je savais en profiter. Un petit sourire victorieux avait s'affichait sur mon regard, et c'était sans la moindre inquiétude que j'attendais les indications du lieu de rencontre. Je n'étais pas une femme facilement impressionnable, et à vrai dire j'aimais prendre des risques, sentir mon coeur battre la chamade dans ma poitrine, l'adrénaline qui coulait dans mes veines, se sentir vivante tout simplement. Je fronçais légèrement les sourcils face à l'endroit choisit. Comme tout le monde, l'idée de me retrouver la nuit au beau milieu d'un cimetière ne me plaisait guère, mais ce n'était pas un détail pareil qui allait me faire louper un scoop. Le silence était à peine retombée que je fis entendre ma jolie voix :

"Très bien j'y serais."

Je raccrochais et me levais d'un bond, je quittais mon bureau, il était temps de me préparer pour ce soir, de m'organiser, de toute façon, je n'arriverais pas à me concentrer ici et de toute façon à quoi bon chercher à écrire quoi que se soit sans les informations que j'obtiendrais ce soir. Je passais le reste du temps à la villa, préparant le nécessaire pour la soirée au cimetière, mon glock chargé et installé chaudement dans mon dos, un sweet capuche noir, un jean et une paire de basket, rien de bien sexy, mais une tenue pratique, c'était nécessaire. Une fois l'heure approchant, je montais dans ma porsche noire et prenait le chemin du cimetière de Gotham. Sur le siège passé, pour me tenir compagnie, deux roses blanches. Mes parents avaient connus Thomas et Martha Wayne, même si personnellement, je ne me souvenais pas, ou très peu d'eux. Le rare souvenir que j'avais d'eux avait été une soirée mondaine où j'étais partie en expédition dans le jardin du manoir à la tombée de la nuit et que j'étais revenue en compagnie des autres enfants, couverte de boue et la mine merdeuse, étant donnée que je savais que j'allais me faire gronder, ce qui n'avait pas manqué. Mes parents avaient quittés la soirée en s'excusant me tenant par le bras alors que Thomas Wayne riait de mes bêtises affirmant qu'un enfant trop sage n'était pas un enfant. Des gens bien, voilà les mots qui revenaient à chaque fois que l'on parlait de ce couple, chose rare à Gotham. C'était peut être pour ça que mon père voulait à tout prix me voir marier avec Bruce, persuadé qu'il était lui aussi une personne bien. C'était sans doute le cas, mais à vrai dire je ne le connaissais pas assez pour me prononcer sur ce trait de sa personnalité.

J'arrêtais ma voiture devant les grilles du cimetière, déglutissant difficilement, il était tant d'y aller, même si je ne me sentais pas très courageuse à cet instant. Je vérifiais que mon arme était à sa place, puis sortie de l'abri rassurant de l'habitacle de la voiture, les deux roses en main, serrée contre ma poitrine. Se ne fut pas réellement difficile pour moi de trouver les tombes des Wayne, je les connaissais, j'étais déjà venue, il arrivait que mon père s'y rende de temps à autres, ne pas oublier. Seulement le cimetière était beaucoup moins effrayant de jour, je me retournais au moindre bruit, main sur mon arme, prête à me défendre en cas d'attaque. Une fois face aux tombes des Wayne, je posais délicatement une rose sur chacune des tombes, la rose blanche symbole d'espoir, le symbole que ces deux personnes incarnaient toujours. Silencieuse, mais toujours sur mes gardes, je reste immobile, respectueuse et surtout triste. Je ne les connaissais pas, mais je savais ce qu'ils avaient laissés derrière eux, les bienfaiteurs de Gotham avaient laissés deux orphelins, Bruce et Gotham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Rp

avatar

Messages : 31

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Gotham City


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Jeu 26 Avr - 7:51

Le docteur Hugo Strange


Le psychiatre avait choisis de conserver sa blouse de médecin afin d’essayer d’impressionner la journaliste qu’il s’apprêtait à rencontrer par son allure médicale. Il arriva au cimetière en limousine (conduit par l’un de ses captifs psychotique) et descendit juste devant la grille d’entrée ravagée par les ans. L’endroit était lugubre et le vent soufflait mais le docteur ne quittait pas son grand sourire comme s’il aimait vraiment être ici. Il marcha d’un pas tranquille et s’enfonça dans les allées de tombe en laissant son serviteur derrière lui à l’entrée pour garder la voiture. Dans ses mains gantés de noirs, Strange tenait une attaché case en cuir noir qui contenait ses dossiers.

Il s’avança ravit vers la tombe familial des milliardaires abattus de façon tragique et se racla la gorge pour attirer l’attention de Peleonor. Hugo Strange tenta de mettre sur son visage une expression bienveillante pour rassurer la dame, mais c’était inutile car son physique faisait vraiment frémir surtout dans cet endroit. Sa silhouette petite était assez disgracieuse. Il y avait quelque chose d’inquiétant dans son aspect. Avec sa blouse médicale, il avait tout du grand inquisiteur. Malgré l’obscurité, les lampadaires du cimetière éclairaient assez son visage pour que Peleonor puisse le détailler. La figure de Strange était aussi pâle que sévère, derrière ses petites lunettes se cachait un regard aussi douloureux que mélancolique. Il avait l’allure typique du médecin aussi triste que sévère. Son regard était particulièrement intense, en fixant ses patients, il donnait l’impression de pénétrer dans leur cœur pendant qu’ils lui parlaient et lire leurs pensées secrètes, si bien qu’on ne pouvait supporter bien longtemps d’être fixé par l’inquiétant psychiatre.

« Mademoiselle, je suis ravi que vous soyez ponctuel et que vous n’ayez pas été effrayée par l’aspect des lieux à cette heure-ci. Veuillez me pardonnez d’avoir choisis un lieu de rendez-vous aussi peu commun, mais je tiens à être le plus discret possible, j’ai peur des conséquences, voyez-vous j’ai traité un patient aujourd’hui en liberté dont la pathologie était semblable à celle du fou furieux qui ensanglante la ville en ce moment. Je suis certain qu’il s’agit du même homme que notre serial-killer.»

Il s’interrompit le temps de contempler le caveau des Wayne. Puis il se mit à scruter Rakel de façon gênante et silencieuse sans être troublé, comme s’il l’analysait ou essayait de lire en elle, de deviner sa personnalité juste en l’observant. Sa voix se mit à claquer de façon impériale après ce bref instant :

« Vous allez sur vos 30 ans, vous êtes filles unique, votre famille n’est pas originaire de Gotham. Vos parents sont de nouveaux riches soucieux de préserver leurs acquis et terrifiés à l’idée de déchoir d’un statut auquel ils sont arrivés à la force du poignet. Vous avez sans doute laissé tomber l’université. Et une série de déception vous as fait douter de cette ville. Vous aimez les hommes qui sortent de l’ordinaire au point de parfois fantasmer et vous regrettez ensuite de vous être à ce point laissé aller, vous méprisez ceux qui ne prennent pas de risques. Vos attachements peuvent vous ronger s’ils sortent de l’ordinaire et des convenances et vous aimez aller à l’encontre de la morale en place. Suis-je proche de la vérité ? »

Le très désagréable docteur se mit à sourire à pleine dent, sa voix s’était élevé en crescendo au fur et à mesure qu’il parlait. On pouvait percevoir une forme de curiosité malsaine en lui, comme s’il aimait violer la vie privée et l’intimité la plus secrète de tous les habitants de Gotham. Sa voix vibrait sans jamais faiblir. Il se pencha vers Peleonor et se rapprocha avec désobligeance.

« Pardonnez-moi, je ne peux pas m’empêcher, c’est plus fort que moi, dès que je vois une nouvelle personne je n’arrête pas de me livrer à ça. Je ne vous ais pas vexé j’espère ? »

Il se retourna et fixa l’ensemble du cimetière avec un air soupçonneux comme s’il était persuadé qu’en ce moment même quelqu’un était caché derrière une tombe et était en train de les écouter.

« Avant d’aller plus loin, j’aimerais juste entendre votre avis sur le Feu Follet Fou. Vous êtes une journaliste, vous savez deviner ces choses-là. Selon vous, est-il riche ? Pauvre ? Fou ou conscient de ce qu’il fait ? Fait-il ça pour lui-même ou pour quelqu’un d’autres ? Vengeance ou simple cruauté ? Je suis vraiment très curieux de savoir votre avis et votre analyse de ce psychopathe. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Gotham Princess & Batman's love
avatar

Messages : 501

Date d'inscription : 29/11/2011

Localisation : Avec Batou


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Lun 30 Avr - 17:54

Cette homme avait réellement quelque chose d'effrayant, cette blouse blanche, son regard fixé sur moi, cet attaché case en cuir noir. Il ne manquait plus que les gants en latex et je serais persuadée qu'il s'agissait d'un chirurgien psychopathe qui n'aurait qu'une seule envie, me découper en morceau dans ce cimetière sordide. Il fallait l'avouer, je n'étais pas rassurée, et j'avais l'impression que mon glock me brûlait le dos, tant mon attention était focalisé sur sa présence qui me rassurait. J'essayais de cacher mon malaise, mais je n'y arrivais pas réellement avec un homme qui semblait si ravi de se trouver ici, au beau milieu de la nuit dans un cimetière en ma compagnie. De la bienveillance? Mon oeil, il y avait quelque chose d'autre qui l'avait poussé à vouloir me voir à cette heure précise et dans cet endroit, mais allez savoir quoi. Je restais silencieuse, l'observant fixement et restant attentive à ce qui se passait autour de moi, comme si une créature de l'enfer pouvait tenter de me sauter dessus si je soufflais et baissais mon attention ne serait ce qu'une petite seconde.

Je n'aimais déjà pas les médecins en général, mais les psy c'était bien pire, je détestais cette façon qu'ils avaient de vouloir pénétrer notre esprit, de vous cerner sans même avoir votre permission. Mes parents m'avaient forcés à en voir un pendant une période de ma vie, l'adolescence, parce qu'ils ne comprenaient pas d'où venait ce comportement rebelle. Quelle belle connerie si vous voulez mon avis. J'eus un petit sourire ironique, c'était sûr ce n'était pas ici que nous allions être déranger, et ce n'était pas ici non plus que nous aurions de l'aide en cas de problèmes, mais nous habitions à Gotham, et pour cette raison j'avais appris à toujours me débrouiller seule. L'idée que cet homme se trouvait être le Feu Follet Fou m'avait effleuré l'esprit, mais si il cherchait à contacter un journaliste, ce n'était sans doute pas pour la buter dans un cimetière devant la tombe des Wayne.

"Il faut dire que vous savez choisir les mots pour persuader une journaliste de braver la nuit. Comme tout le monde je souhaite arrêter ce criminel et si vos informations, me pliez à cette rencontre dans le cimetière n'aura été qu'une bien faible contribution."

Je grimaçais alors que Strange commençait à m'analyser, si il m'avait fait déplacé pour cette raison, je crois que j'allais céder à la colère et perdre mon sang froid, mais je fis mon possible pour ne pas montrer mon agacement. Il faut dire que sur ce coup là, mon père et donc ma notoriété m'y aidait beaucoup, pour une fois. Se ne fut que lorsqu'il se rapprochait que je fis immédiatement un pas en arrière, posant ma main sur la crosse de mon arme, jusqu'à ce qu'il s'éloigne un peu. A cet instant se fut mon tour de sourire, ce petit air supérieur sur le visage, j'aurais sans doute pu m'abstenir, mais c'était plus fort que moi.

"A vrai dire il y a plus d'un incohérence, mon père est bien originaire de Gotham, ma mère héritière d'une vieille famille européenne. Aussi je ne suis pas sûre que l'on peu nous qualifier d'immigré, ni même de nouveau riche. Je n'ai jamais mis les pieds dans une université quant à méprise quelqu'un, ce n'est pas dans ma philosophie, mais nous ne sommes pas ici pour parler de moi, ce n'est guère intéressant si vous voulez mon avis. Quoi qu'il en soit je vous remercie de me signifier que je ne suis pas un livre ouvert, chose plus que plaisante croyez moi."

Encore une fois, cette idée que cet homme se trouvait être le dangereux psychopathe après qui toute la ville courrait. Mais rapidement mon informateur m'agaça, il était bien trop penché sur ma personne, et je ne voulais pas divulguer d'informations si facilement. J'avais une terrible impression de perdre mon temps.

"Pourquoi ne pas simplement avoir lu mes articles pour avoir ces informations là? Je ne suis pas psychologue, je ne me permettrais pas d'émettre des analyses, je me contente d’interpréter les informations que j'arrive à rassembler. Riche, pauvre, fou, ou sociopathe, à vrai dire je m'en contre fiche, la seule chose qui compte c'est d'arrêter cet homme et qu'il soit traduit en justice voilà tout. Je crains ne pas être d'humeur à vous fournir la distraction que vous recherchez."

Je croisais les bras, l'observant en silence. Attendant une réaction quelconque de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Rp

avatar

Messages : 31

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Gotham City


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Jeu 10 Mai - 19:40

Le docteur Hugo Strange


Fascinante, elle était tout simplement fascinante, difficile de discerner sa psychée et son passée comme il avait eu la présomption de le faire et cela le faisait sourire à pleines dents, il aimait les défis, il rêvait d’hypnotiser la jeune femme et de lui injecter des drogues de sa conception pour la soumettre à son emprise et en faire l’un de ses pions mais il soupira et revint à la réalité. Ce n’était pas pour ça qu’il avait souhaité la rencontrer dans le cimetière ce soir.

« Il y un homme que j’ai connus qui correspond en tout point au Feu Follet Fou selon moi, un jeune homme dément qui est fasciné par les flammes et la décomposition par le feu. Il fut pensionnaire de l’asile d’Arkham pendant un temps. C’est le directeur de l’asile qui m’a permis de venir régulièrement pour m’entretenir avec lui et l’analyser. Je n’ai aucune preuve seulement des soupçons, mais quand vous entendrez mon récit, je suis sûr que vous comprendrez pourquoi j’ai tenus à révéler ça discrètement à la presse. Je pense que jamais la police ne mettra la main sur lui si je me tais. Mais j’ai peur des conséquences de la part du dément lorsque je révélerais mes soupçons au grand jour, aussi il faudra que vous gardiez mon anonymat jusqu’au bout. »

Le docteur vint s’assoir sur une tombe avec négligence, n’ayant visiblement aucun respect pour les défunts quel qu’il soit puis il commença son histoire tout en sortant un étui de sa veste pour s’allumer une cigarette et en proposer une à la journaliste par la même occasion. Au fur et à mesure qu’il parlait, il jugulait sa nervosité en s’allumant une autre cigarette et en les écrasant sur la tombe avec irrespect pour les éteindre après les avoir utilisé. Il ne s’interrompait que de temps en temps pour tourner la tête et observer les lieux alentours plongés dans la pénombre et faiblement éclairés par les réverbères, comme persuadés que quelqu’un se cachait derrière une tombe et les observait.

« Avez-vous entendus parler de l’incendie du Eldridge ? Ce night-club qui était situé autrefois entre Bethea et Edmonton street ? Il a cramé l’année dernière. Partis en flamme et ce soir-là, j’y étais. C’était un samedi soir et l’endroit était remplit à craquer, 200 personnes au bas mot. Plus tard un témoin, un gardien de parking je crois, racontera qu’il avait vu une voiture, une Mercury d’après mes souvenirs qui s’était garé derrière. Un jeune homme en est sorti en trainant une bonbonne de 10 litres, du genre qu’on trouve dans les stations-services. D’après le témoin, il aurait bidouillé un truc et enflammé une toile avant de lancer le brasier. J’étais venus avec des collègues psychiatres pour fêter l’obtention d’un diplôme d’un estimé collègue. L’orchestre s’en donnait à cœur joie et personne ne s’est aperçu de rien juste au moment ou un serveur à surgit des cuisines, transformé en torche humaine. Des flammes de 3 mètres ont jaillit et ont brulé sa veste et tous ses cheveux. J’ai tout d’abord crut qu’une bonbonne de gaz avait explosé dans les cuisines. J’ai été renversé par des gens qui se précipitaient vers la porte. Les gens hurlaient et se bousculaient. Je crois que j’ai bien failli mourir pendant cette débandade. Le mur qui séparait la salle de la cuisine s’est effondré avec le même bruit qu’une flamme d’essence qui s’embrase et dévaste tout sur son passage. Tombée en une nuée d’étincelles, j’ai vu des gens courir pour y échapper. Certains ont réussi, d’autres non. Des gens ensevelit en dessous, j’ai vu une main sortir de cette énorme tas de braises, l’emplacement de la cuisine était comme la gueule de l’enfer. Des flammes tellement brillante qu’elles étaient impossible à regarder. Il faisait une chaleur de four à céramique. Puis le feu s’est mis à courir sur le plafond au-dessus de nos têtes. J’en suis sorti de justesse. Pas de suspects, pas d’arrestations, aucun motif ni aucune raison pour savoir qui avait déclenché le feu. »

Strange s’interrompit et commença à fouiller dans son attaché-case.

« La semaine de l’incendie, un homme d’affaire richissime, Howard Plunkett Senior a fait interner son fils, Howard Plunkett Junior à l’asile d’Arkham pour une cure. Le fils était atteint d’une sorte de psychose infantile centré sur la pyromanie. Mon ami le directeur Jeremiah Arkham m’invita à examiner le patient, j’ai enregistré plus de 4 heures d’entretien avec lui, je vous laisse écouter des extraits édifiants. »

Le docteur Strange enclencha un magnétophone qui grésilla et fit entendre sa voix ainsi que celle d’un autre homme plus jeune qu’on devinait entravé sur une chaise avec une camisole de force.

« Dîtes moi sincèrement Howard, pourquoi votre père vous a mis provisoirement ici ? »

« Il a peur de mes visions. J’ai eu la vision de flammes s’évadant des tôles des toits de Gotham pour hurler la puissance du feu qui… »

« Parlez plus calmement Howard, nous avons tout notre temps. »

« Vous savez docteur j’aime l’odeur des gens en train de griller, elle est semblable à celle des côtes de porc en train de griller sur un barbecue et quand ils commencent à brûler dans leur vêtement, c’est comme si… »

« Howard, savez-vous que vous êtes le seul pensionnaire d’un établissement carcéral à tenir ce genre de propos ? On pourrait vous soupçonner d’être l’instigateur et le responsable de l’incendie du Eldridge. »

« Oui… ces gens coincés comme des rats dans ce brasier ! De la tôle ondulée qui se déforme dans la chaleur infernale et qui fond sur les humains carbonisés. Le grondement de la braise, l’impitoyable fourneau qui consume toute chose. Les visages qui coulent comme de la cire, les corps effondrés les uns sur les autres, les paupières en feu des cadavres, les colonnes de feu splendide, les… »

« Howard pour la dernière fois, arrêtez de vous exciter, calmez-vous. »

Strange éteignit le magnétophone et fixa Rakel.

« Seriez-vous prête à diffuser ce témoignage et à pointer du doigt cet individus dans le but de le comparer avec le Feu Follet Fou dans votre journal? Ce n’est pas une preuve valable et elle ne débouchera probablement sur rien mais cela attirera immanquablement l’attention de la police sur cet élément. En revanche vous risquez une procédure judiciaire pour diffamation.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Gotham Princess & Batman's love
avatar

Messages : 501

Date d'inscription : 29/11/2011

Localisation : Avec Batou


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Jeu 17 Mai - 20:39

Ce mec était totalement flippant, je me demandais ce qui avait pu me pousser à le rencontrer dans un endroit si éloigné de tout et si glauque. Et dire que certains s'inquiétait de mes fréquentations trop dangereuses pour moi, non ils étaient aveugles, j'étais totalement folle, je me mettais moi même dans des situations pas possible, et je le faisais volontairement, pas besoin de qui que se soit pour me mettre en danger, à croire que j'aimais ça. Quoi que oui, il fallait être réaliste, j'aimais cette poussée d'adrénaline, qui coulait dans mes veines alors que je me trouvais dans un lieu flippant avec un être visiblement dérangé, le tout pour avoir une simple information pour écrire un article, qui ne m'apporterait au final que très peu de satisfaction. Je m'étais rendu compte rapidement qu'être journaliste n'était qu'un prétexte pour contrarier mon père, je n'en tirais pas tant de satisfaction que ça, je n'arriverais pas à changer le monde ainsi, la seule chose qui me plaisait, c'était de pouvoir me rapprocher du Batman, à cet instant c'était ce qui me plaisait le plus. Au final c'était sans doute aussi pour cette raison que je courrais après le feu follet fou, pour lui rendre service, tenter de lui faciliter la tâche, mais ce n'était pas aussi simple.

J'observais en silence cet homme, je me demandais si les informations que me fourniraient cet homme serait véritablement utile pour moi. Je l'écoutais parler, notant mentalement les informations qu'il me donnait. C'était assez étrange la façon dont il me donnait si facilement des informations personnelles, je me demandais si c'était la vérité ou non, si il me racontait des cracs pour enrobés les informations qu'il allait me fournir, comme si il arriverait plus facilement à me faire écrire un article grâce à ces petits détails. Il faudrait que je vérifie si l'histoire était réellement, ce ne serait pas réellement difficile, l'incendie d'Eldridge avait fait parlé de lui, notamment par le nombre de victime qu'il avait fait. Qu'importe j'écoutais silencieusement les paroles du docteur Strange, le visage assez neutre, du moins c'était le cas jusqu'à ce que le haut parleur du magnétophone se mit à crachoter une voix, à cet instant, ce n'était pas la même chose que d'entendre quelqu'un raconter, la voix de cette homme était effrayante, et si c'était réellement le feu follet fou, ça ne me donnait pas la moindre envie d'avoir à faire à lui, c'était un psychopathe, pas besoin d'être docteur pour comprendre ceci. Le trouble se lisait probablement sur mon visage, la petite princesse que j'avais été pendant de nombreuses années faisait une apparition surprise, jusqu'à ce que je reprennes le dessus, observant Strange de nouveau. Risquer une procédure judiciaire, ne me faisait pas réellement peur, j'avais d'excellent avocats, et surtout il suffisait de savoir englobé les choses, manier la langue et ses subtilités pour éviter de gros soucis, j'étais fille d'homme politique, ce genre de magouille me connaissait, et dans le pire des cas j'avais d'excellent conseillers qui pourraient me conseiller.

"Je ne peux garantir la publication de l'article, le journal ne m'appartient pas, je suis malheureusement dépendante de mon rédacteur en chef, mais je pourrais écrire l'article, et dans le pire des cas le soumettre au média libre que représente internet. Quand au risque de procédure judiciaire, laisser moi m'en occuper, je serais faire en sorte de les éviter."

Ne jamais dire réellement les choses, les insinuer, et en cas de procès juste crier haut et fort que non, ce n'était pas ce que je souhaitais dire, qu'il y avait une mauvais interprétation de mes mots. Bref, ce n'était pas réellement mon soucis principal.

"Seulement pour écrire un article correct, il me faudra l'enregistrement audio, je ne pourrais pas obtenir suffisamment d'informations en un seul écoute, même plusieurs, j'ai besoin de travailler, sur les bandes audio."

Ce n'était pas une simple demande, plutôt une exigence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master Rp

avatar

Messages : 31

Date d'inscription : 20/11/2011

Localisation : Gotham City


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Mar 12 Juin - 12:55

Le docteur Hugo Strange


Les lèvres du Docteur Strange s’écartèrent lentement en un affreux sourire. Oui ! La journaliste avait accepté de diffuser ses informations. De sa main gantée de noir il lui tendit les bobines d’enregistrement après les avoirs retirés de son magnétophone avec un air très satisfait.

« Mais je vous en prie, gardez donc tout je n’en est plus besoin. Ce pyromane était certes un patient fascinant mais pas au point que je souhaite garder une trace de lui dans les archives. »

Au moment où il donnait les enregistrements à Peleonor, il tourna brusquement la tête vers une allée de tombe et prit un air inquiet.

« Là ? Vous n’avez pas vu quelque chose ? J’ai vu une ombre. »

Rien, juste le vent et les feuilles mortes qui volaient.

« Pardonnez-moi, je suis nerveux, depuis que nous sommes ici je n’arrête pas d’épier les alentours et j’ai l’impression dévorante d’être suivis par quelqu’un, pas vous ? »

Strange se leva de la tombe et reprit son attaché-case. Il réajusta ses petites lunettes tout en ajoutant à son interlocutrice :

« Voilà une bonne chose de faite, ne nous attardons pas ici, regagnons la sortie du cimetière. »

Alors qu’ils marchèrent, le docteur ne cessait de regarder inquiet autours de lui et incapable de cacher sa nervosité, questionna celle qu’il avait rencontré ce soir.

« Ne trouvez-vous pas qu’ils se multiplient ? Les fous masqués comme ce Feu Follet Fou ? Les déments qui déguisent leur folie et leur névrose schizophrène sous un masque ou un costume. Il y a déjà eu ce Joker qui nous a mis dans une situation vraiment effroyable avant qu’on ne parvienne à l’enfermer à Arkham, il y a ce Batman qui hante nos rues et terrorise les braves gens. Tout ceci est terriblement étrange et je m’interroge, pourquoi notre ville est-elle en proie à cette parade de fous dangereux ? Qu’avons-nous donc fait pour mériter ce châtiment ? »

Entre deux tombes, il aperçut des ossements de lièvres et sursauta. Les feuilles mortes étaient balayées par le vent, elles heurtèrent leurs jambes. Hugo Strange commença sérieusement à avoir peur de l’endroit. Le vent se levait de plus en plus fort et faisait voler des papiers gras ou des vieux journaux datant d’il y a un mois. Des boules de broussailles heurtèrent des tombes.

« Vous avez sentit quelque chose ? Franchement, je suis sûr et certains que depuis tout à l’heure quelqu’un nous observe. Et ça au moment même où nous sommes entrés dans ce cimetière. »

Depuis la végétation, une sorte de lasso bondit et atteignit Strange, la corde se resserra autours de son cou, avec ses mains il tentait de s’agripper à la corde et d’échapper à l’étouffement. Il tendit faiblement l’un de ses bras tremblant vers Rakel en glapissant :

« A l’aide ! »

Il fut emporté par la force qui tirait tout au bout de la corde et tomba à terre. Le sulfureux psychiatre fut trainé sur le sol avec violence comme s’il n’était qu’un vulgaire sac en laissant une trace sur le gravier entre les tombes. Le visage rouge il se débattait des deux bras. Ses lunettes tombèrent et s’égarèrent dans l’allée. La corde se releva brusquement et le petit homme en blouse blanche qui n’arrivait même pas à hurler convenablement à cause de l’étau qui enserrait son cou, se retrouva suspendu au-dessus des tombes, pendus à un réverbère. Il s’agitait, bougeant des jambes dans un accès de panique et suffocant ce qu’il pouvait. C’est alors que son agresseur sortit de la végétation et apparut entre deux caveaux, il tenait dans sa main la corde qui avait pendus Hugo Strange. Il fixa Rakel imperturbable.


« Mademoiselle vous ne manquez pas de courage, venir dans cet endroit ci de la ville à cette heure en particulier, vous avez probablement envie de mourir. »

Il se retourna dédaigneusement vers sa victime qui gesticulait toujours.

« Pauvre, pauvre docteur, pourquoi n’avez-vous pas tenus votre langue ? Je crois que j’ai eu raison de vous surveiller. Vous m’avez percé à jour par le plus grand des hasards. Bon dieu, tout ce temps perdus quand j’ai été pensionnaire d’Arkham à vos côtés. Alors que là dehors, il y avait tellement de chairs à brûler. »

Il relâcha la corde, Strange retomba au sol en criant et se cogna la tête contre une tombe. Le Feu Follet Fou prit un chalumeau à sa ceinture et s’approcha de lui. Le docteur, le visage ensanglanté, rampa comme un dément vers Rakel tel un animal traqué en hurlant :

« Pitié ! Aidez-moi ! »

Le serial killer observa calmement les deux personnes. Son regard allait de Peleonor à Strange et du docteur à la jeune femme.

« Pourquoi faut ils toujours que vous compliquiez les choses docteur ? N’ayez craintes, son tour va venir aussi, elle va couiner quand le feu déchirera sa peau, son tour viendra comme le vôtre, ne soyez pas impatient. »

Il souleva son chalumeau tout en avançant d’un pas lourd vers eux.

« Nous allons savourer le feu ensemble ! Voyez les braises ! Voyez la flamme ! Voyez l’enfer ! Le grand brasier est là ! Gotham sera purifiée par les flammes ! Le châtiment ne fait que commencer !»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Gotham Princess & Batman's love
avatar

Messages : 501

Date d'inscription : 29/11/2011

Localisation : Avec Batou


MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   Mer 13 Juin - 20:03

Je devais avouer que je n'étais pas rassurée, me balader dans les rues sombres de Gotham, pourquoi pas mais pas accompagner par une personne aussi glauque que le professeur Strange, je devais avouer que je n'étais pas rassurée, et que j'attendais avec une certaine impatience la fin de notre rencontre pour retrouver l’abri de mon appartement. Qu'importe ce que dirais mon père, j'avais envie de rentrer chez moi. J'attrapais d'un geste rapide l'enregistrement avant de le glisser dans l'une de mes poches, remercient le professeur d'un geste de la tête. J'étais pas très loquace, mais il fallait dire que le lieu et mon compagnon d'infortune. Et puis il fallait avouer, il ne me mettait pas spécialement à l'aise, bien sûr que j'avais l'impression que quelque chose nous suivait, mais quoi de plus normal? Nous nous trouvions dans un cimetière au beau milieu de la nuit, l'esprit faisait le reste. Mais non il n'y avait rien, juste le vent et des feuilles qui s'envolaient de ci et de là.

"L'esprit nous joue parfois des tours."

Je devais avouer que l'idée de quitter cet endroit rapidement me plaisait énormément alors je ne me fis pas prier alors qu'il me proposait de quitter le cimetière. Murée dans le silence, je m'efforçais de ne pas passer mon temps à me retourner, me concentrant sur le bruit de nos pas, espérant pouvoir surprendre ceux d'un intrus si nous étions suivit. Je jetais un petit coup d'oeil assez perplexe au docteur, je n'appréciais pas réellement les sous entendus qui avaient été fait sur le Batman, après tout il nous protégeait, et puis j'étais totalement croque de lui, mais il n'avait pas tord, il y avait de plus en plus de dangereux criminel qui se déguisaient pour cacher leur véritable identité, à moins que se ne soit justement pour la révéler au monde.

"Gotham brûle de l'intérieur, ce n'est pas nouveau, il s'agit juste d'un nouveau moyen d'expression, espérons qu'une fois à terre, la ville réussira à se relever de ses cendres."

Nous n'avions pas d'autre chose à faire que garder espoir, les autres avaient déjà condamné Gotham, nous ne devions pas en faire autant, je me voulais porteuse d'un autre message, et c'était ce qui me poussait à croire en Batman et aussi en toutes personnes voulant protéger notre Babylone. Bref, mes pensées furent rapidement balayée par Strange qui tint un discours des moins rassurants. Je sentis la peur couler dans mes veines, moi qui la repoussais depuis le début de la soirée me laissait envahir par la crainte. Alors que je m'apprêtais à répondre que je n'avais rien vu et qu'il ne fallait pas être paranoïaque, un lasso atteignit le professeur devant mes yeux alors que j'assistais à la scène, stoïque, paralysée par la peur. Voir le docteur ainsi pendu à un réverbère ne m'aidait pas à réfléchir, et l'apparition de son agresseur n'arrangeait rien. Je ne connaissais pas le visage qu'affichait le feu follet fou, mais une chose était certaine, il se tenait devant moi. Je chassais la peur de mon regard lui lançant un regard dédaigneux, voir qu'il n'était qu'un ennemi fait de chair et de sang me rassura suffisamment pour que ma peur s'envole légèrement, mon cerveau retrouvait ses fonctions, et je me rappelais la présence rassurante de mon 9 mm dans mon dos. A cette pensée, mon coeur reprit un rythme plus lent, je n'étais pas une petite princesse sans défense, bien au contraire, et il devait vite l'apprendre, il ne fallait pas se fier aux apparences, se pouvait être la plus fatale des erreurs. Et alors qu'il attrapait son chalumeau , je sortis mon 9mm qui était planqué dans mon dos. Il allait apprendre une chose claire même les monstres mourraient sous les balles. Je fis feu et sans la moindre sommation, une balle frôlait le bras du Feu Follet Fou. Raté. Un rire sourd raisonnait dans sa gorge, mais cessa immédiatement alors qu'une seconde balle se logeait cette fois sous l'une de ses cotes, lui tira un râle de douleur. Il tentait de se faire quelques pas en avant le chalumeau toujours en main, mais une autre balle qui filait vers lui finit par le décourager, visiblement il ne voulait pas laisser sa peau dans ce cimetière, il avait d'autre projet. Profitant de sa fuite, j'attrapais Strange par le bras pour le mettre debout.

"Dépêchez vous, filons."

Arme toujours à la mains, je supportais Strange vers la sortie du cimetière, jetant des coups d'oeil en arrière veillant à ce que notre agresseur ne revienne pas à la charge.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event 2: Mission 2 -Le secret du cimetière
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES GARDIENS DU CODE (Tome 1) HUNTER BROWN ET LE SECRET DE L'OMBRE de Allan et Christopher Miller
» Mission secrète dans Pokémon ROSA !
» Cimetière de Montfort l'Amaury (*) (-->gal ph membres)
» [Barjavel, René] Le grand secret
» Cimetière de MORETTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gotham City :: Zone Industrielle :: Cimetière-
Sauter vers: