-----------------------------------------------------------------
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Batman
Admin
avatar

Messages : 674

Age du joueur : 29

Date d'inscription : 09/10/2011

Localisation : La Batcave


MessageSujet: Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)   Ven 27 Juil - 16:29

Les jours passaient mieux pour Bruce depuis qu’il y avait Rakel. Avant qu’elle ne soit à ses côtés, il ne dormait qu’une heure par nuit en alternance et se couchait uniquement dans la Batcave, sur le lit en bois japonais très bas qu’il avait rapporté d’Asie lors de ses voyages autours du globe avant de devenir Batman. Il était plongé dans le sommeil le jour pour vivre en Batman la nuit. Maintenant qu’elle était là, il se remettait à dormir dans sa chambre du manoir une partie de la nuit. Le besoin compulsif d’être chauve-souris s’évanouissait un peu.

Aujourd’hui, il l’avait invité à venir se balader avec lui au ZOO. Ils avaient mangé au manoir, son majordome leur avait servi une salade de saucisses d’agneaux, suivis d’un homard avec haricots blancs arrosés de citron vert et de vinaigre de foie gras.


« Alfred bon sang qu’est-ce que c’est que ça ! »

« C’est juste maître Bruce que pour une fois, il y a quelqu’un d’autres que vous dans le manoir qui est capable d’apprécier ma cuisine au lieu d’aller prendre tous ses repas dans la Batcave devant son ordinateur et je me disais que… »

Suit une discussion gastronomique non pertinente

Devant le guichet d’accueil du ZOO, il allait ouvrir son portefeuille pour payer l’entrée, lorsqu’il réalisa qu’il avait laissé à l’intérieur de mini batarang pour le cas où comme il le faisait à son habitude et qu’en cherchant ses sous pour payer, le guichetier et les gens qui faisaient la queue allaient le voir. Très gêné et confus, Bruce rangea son portefeuille et se tourna vers Rakel :

« Tu pourrais payer l’entrée à ma place ? Je t’expliquerais plus tard… »

Mais les visiteurs du ZOO qui faisaient la queue le regardèrent avec mépris, cet homme était Bruce Wayne, l’homme le plus riche de Gotham City et il leur apparaissait comme radin au point de contraindre sa fiancée à payer à sa place pour une chose aussi banale.

C’est ainsi que le couple se trouva à errer dans le ZOO entouré de gratte-ciels qui accusaient ce que l’endroit avait d’artificiel à être situé en plein milieu de cette ville dévorée par le crime. En levant les yeux au ciel, Bruce aperçut un oiseau gigantesque, comme un condor géant qui planait de façon lugubre. Avec Rakel il passa devant la cage de l’ours polaire qui dormait affalé comme une masse, il n’observa même pas l’animal. Pas plus qu’il ne regarda le crocodile qui flottait morose dans sa marre artificielle visqueuse juste à côté. A vrai dire, s’il l’avait invité ici c’était pour elle. Pour faire une sortie autre que les mondanités entre riches au Dorcia. Bruce avait voulu quelque chose d’original. Il avait choisis le ZOO après avoir pensé au cinéma et songé à emmener Rakel voir un film d’horreur dans le seul but inavoué qu’effrayée par le film, elle se blottisse contre lui pendant toute la séance. Mais il doutait qu’elle soit du genre à faire ça vu ce qu’elle avait montré d’elle face à des criminels. Mais… il se demandait si elle ne ferait pas semblant d’avoir peur uniquement pour avoir un prétexte pour se blottir contre lui.

Ils passèrent devant l’enclot des toucans en train de s’agiter dans leur cage et Bruce allait demander s’ils avaient aussi un endroit avec des chauves-souris dans ce ZOO, mais il se retint en imaginant déjà la réflexion de Rakel style : tu-peux-penser-à-autre-chose-que-tes-chauves-souris ?

Ils se postèrent devant des rochers où des phoques plongèrent en barrissant. Le gardien du ZOO leur jetait du poisson et un attroupement d’enfant se formait autour du bassin.

« Pstt ! Rakel, tu as bien regardé derrière nous ? Je suis sûr qu’Alfred serait capable de nous suivre jusqu’ici pour nous surveiller… Dis-moi si tu le surprends avec un grand imperméable, un chapeau et des lunettes noirs. »

Sur le grillage du bassin des phoques, un panneau indiquait :

Ne pas lancer des pièces de monnaie, les animaux peuvent les avaler, elles se logent dans l’estomac de l’animal et provoquent des ulcères, des infections et la mort, ne pas jeter de pièces dans le bassin.

C’est alors que Bruce vit un individu douteux habillé en armani qui avait le look type du mafieux. Il était en train de jeter une poignée de pièce en se marrant après avoir lu le panneau. Bruce serra ses poings et sentit sa gorge se contracter.

Mais…

Il y avait un autre type louche plus loin habillé en malfrat qui observait la chouette blanche dans sa cage, il prit un caillou et le balança vers l’animal en riant. Il avait tout du mafieux gominé au service de Falcone ou Maroni.

Mais…

Un employé du ZOO qui passait la serpillère devant les toilettes annonça à un mafieux en costard de tirer la chasse d’eau de l’urinoir après usage. Le mafieux le bouscule contre un lavabos en lui disant une phrase menaçante. L’homme de ménage recula effrayé en voyant une arme à feu qui brillait sous son veston. Bruce sentit son cœur battre annonçant le besoin irrépressible de mettre son masque et de châtier ces hommes.

Mais…

Là sur un kiosque de revus sur les animaux, l’employé est aux aguets comme s’il attendait quelque chose et dissimulait une arme. Bruce a un 6éme sens pour sentir ça.

Mais…

Deux durs à cuire avec des gants et des blousons sombres attendaient immobiles sur un banc avec des regards qui fouillaient encore et encore comme s’ils attendaient quelqu’un.

« Allons-nous en Rakel, il y a pleins de criminels autours de nous qui ont l’air nerveux, il va se passer quelque chose. »

Il s’éloigna avec elle, désormais obnubilé par son besoin de la protéger. Au-dessus du ZOO, le condor géant volait toujours comme s’il attendait l’ordre de quelqu’un pour fondre sur sa proie. Bruce se pressa d’avancer avec la jolie brune en la tenant par la main et en l’entrainant avec lui. Ils entrèrent dans une salle couverte dénommée : La banquise.

Des pingouins, des dizaines et des dizaines de Pingouins étaient agglutinés derrière les parois de verre. La plupart restaient sur les rochers sans nager, harassés et morts d’ennuis, se contentant de s’étirer. Une sono diffusait de faux bruits de pingouins pour les visiteurs. Des mafieux arrivèrent. Bruce se crispa et se mit instinctivement devant Rakel comme s’il faisait rempart de son corps pour la protéger. Pino Maroni en personne s’avança entouré de ses gardes du corps. Le plus violent de tous les Maroni, le fils cadet du parrain, une brute sans âmes, un tueur chevronné expert au flingue comme au coup de poing américain. Il semblait attendre quelqu’un à cet endroit, on lui avait donné rendez-vous ici. Bruce paniqua, il y avait des enfants collés aux vitres qui regardaient les animaux, pleins de dommages collatéraux potentiels et c’est alors qu’il les vit s’approcher. Des criminels du genre durs à cuire sorties des docks, Il n’y avait plus de faux semblants, ils dégainèrent tous leur artillerie et se mirent en joue en moins de 3 secondes. Maroni Junior observa le groupe en cherchant du regard sa Némésis qui était censé l’avoir invité ici : Alberto Falcone, fils du parrain déchu et nouveau chef du clan de mafieux en déroute.

«Falcone ! Où es-tu ! Montre-toi si t’es un homme ! Cette ville est à ma famille, tu m’entends ! Aux Maronis et à personne d’autres !»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gotham City
Admin
avatar

Messages : 311

Date d'inscription : 09/10/2011


MessageSujet: Re: Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)   Sam 28 Juil - 18:42

Oswald avait élaboré un plan aussi génial que sournois à l'intention de Pino Maroni, l'un des deux jumeaux du parrain de la mafia ayant changé l'ancien procureur surnommé Apollon pour sa beauté en laideron. Cette brute épaisse que ses collègues criminels tarés lui avaient attribué l'élimination ne fut pas assez stupide pour sortir des territoires sous le contrôle de sa famille. Pour attirer ce molosse, le Pingouin avait monnayé des heures d'enregistrement téléphonique de la famille Falcone et payé un spécialiste en la matière pour sélectionner des extraits sonores d'Alberto Falcone afin d'en faire une invitation au zoo de Gotham. Du véritable travail d'artiste, il faut l'avouer. Aussi facilement qu'une morue accoure pour un billet à l’effigie de Benjamin Franklin, Pino mordit à l'hameçon et emmena un groupe de mafieux avec lui. Ils investirent les lieux mais plus particulièrement les alentours et l'intérieur du bâtiment regroupant diverses sortes d'animaux polaires.

Le fils Maroni fulminait à attendre l'arrivée de son homologue italien. Il faisait des allers-retours en jetant des coups-d'œil sur les côtés, maudissant les Falcone sur plusieurs générations et cognant du pied une canette de soda traînant au sol. Ses hommes de main parurent nerveux mais simulèrent un vague intérêt pour les créatures exposés derrière les plaques de verre pour passer inaperçu. Soudain les cris pré-enregistrés cessèrent ce qui, bien évidemment, ne passa pas inaperçu. A la place ainsi que dans tous les hauts-parleurs du bâtiment retentit une musique théâtrale faite d'un seul orgue.


La lumière se coupa au contraire des projecteurs lumineux qui se braquèrent tous vers la salle vitrée contenant les manchots. Intrigués, les pingouins s'agitèrent en jabotant et battirent leurs ailes sans pour autant quitter le sol artificiel de leur prison. Les manchots parurent décontenancés par cette brusque activité et se dandinèrent lorsqu'ils s'éloignèrent du centre de leur enclos puisque celle-ci, étrangement, exhala de la vapeur blanchâtre. Une petite partie du sol s'ouvrit en deux et, au fur et à mesure que l'ouverture s'agrandit, la quantité de fumée s'accrut. Au milieu de cette brume, une forme se distingua peu à peu. Ce fut un homme assit sur une chaise à haut dossier. Et pas n'importe qui ! Oswald Chesterfield Cobblepot lui-même. Son siège datant d'un siècle révolu cumulé à son peignoir de chambre donnèrent l'impression de voir un aristocrate siroter un alcool noble devant le feu de sa cheminée. Les volatiles de l’Antarctique s'approchèrent de cet étrange congénère alors qu'il ricanait. Son affreux faciès dévoila un sourire moqueur et machiavélique d'autant plus que renforcé par la musique d'église.


« Eh oui ! C'est moi ! Le Pingouin ! »

S'exclama t-il de sa voix railleuse en ouvrant les bras comme pour se présenter avec panache. Toute l'assistance l'écoutait. Les couples terrifiés se cramponnèrent l'un l'autre, les personnes d'un âge avancé maugréèrent avec nostalgie le fait que de leur temps ce genre de spectacle ridicule n'avaient pas lieu, les mères inquiètes prirent leur enfant dans leur bras tandis que ce dernier demandait quel genre d'oiseau il s'agissait, les ahuris drogués se contentant, quant à eux, de se dire que c'est vachement cool. Les mafieux furent eux aussi concentrés sur l'arrivée inattendue du Pingouin et avaient leur arme braqués sur ce criminel ventripotent. Étrangement, il ne donna aucun signe d'inquiétude. Après tout, une dizaine de gueules de canon de calibres différents lui font face. Mais non. L'aristocrate cambrioleur a tout l'air de se gausser devant une télévision.

« Qui t'es toi ?! »

Vociféra Pino Maroni à son intention. Le gangster avait deviné qu'il s'agissait d'un guet-apens et en a déduit qu'il a affaire à un taré. Les manchots s'étant approchés du fauteuil observèrent les accoudoirs avec intérêt et les picorèrent, sans doute en quête d'un repas facile.

« En plus d'être le dindon de la farce, tu as une tête de linotte ! HA ! Je suis le Pingouin, ton hôte et ton successeur ! »

« Ah ouais ?! Dis ça à mon flingue ! »

Et il tira. Malheureusement, ou heureusement selon les points de vue, la balle se fracassa sur le vitrage les séparant. Les manchots sursautèrent de peur. Oswald caressa la tête de l'un d'eux sans quitter son siège et sans décrocher son sourire narquois.

« N'as-tu pas honte ? Faire paniquer mes petits compagnons avec tes mauvaises manières...Il prit un seau métallique et un seau en carton coloré qu'il posa sur ses genoux. Du seau en métal, il extirpa un poisson mort qu'il donna au pauvre volatile. Ne faites pas cette tête, je ne nourris pas les animaux. Ce sont vous les phénomènes de foire car vous vous trouvez du mauvais côté de la vitre. Gentlemen ? Ayez l'amabilité de commencer le travail pour lequel je vous rémunère. »

Les employés du zoo sortirent des armes à feu et ouvrirent le feu sur les mafieux. Le marchand de glace plongea sa main dans un bac à glace fermé, s'empara d'un petit calibre et abattit froidement le bandit a qui il avait dernièrement vendu une glace à l'italienne. Le préposé aux sanitaires prit un canon scié d'une poubelle et fit un trou dans le torse du criminel l'ayant menacé. Un guide dégaina deux pistolets-mitrailleurs de sa veste et cribla un petit groupe d'hommes de main. Bossworth, le gigantesque garde du corps afro-américain d'Oswald retira son trench-coat et sa casquette de base-ball, brisa la nuque d'un italo-américain, lui arracha son Uzi des mains et en élimina un autre proche du multimilliardaire et de sa poule. Pino et ses sbires répliquèrent à leur tour. Un violent affrontement se déroula entre les gangsters de Maroni et les bandits déguisés du Pingouin. Ce dernier, tout naturellement, dégusta du pop-corn en riant à gorge déployée en voyant la façon dont ses ennemis et ses larbins s’entre-tuèrent. Les civils cherchèrent à se cacher, à fuir ou, par défaut, se jetèrent face contre sol pour essayer de survivre à cet enfer. De l'extérieur, des coups de feu se firent entendre ce qui signifia que d'autres faux-employés du zoo s'attaquaient aux gardes du fils de Maroni. Parfois, les portes du bâtiment s'ouvrirent, dévoilant un mafieux venant prêter secours ou espérant trouvant une meilleure planque.

Et dans tout ce chaos, Oswald ne remarqua même pas Wayne. Mais... ça ne saurait tarder.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamcitystories.forumgratuit.org
Rakel Peleonor
Gotham Princess & Batman's love
avatar

Messages : 501

Date d'inscription : 29/11/2011

Localisation : Avec Batou


MessageSujet: Re: Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)   Lun 30 Juil - 17:47

Si quelque chose peu bien changer un être humain, c'est l'amour. La petite Rakel, la petite tête brûlée, en clair moi, je ne m'étais jamais autant assagie qu'au cours des dernières semaines, au plus grand bonheur de mon père. Mes articles étaient moins passionné, je prenais bien moins de risque, parce que ma passion lui était dévoué tout entière. Ce besoin d'être auprès de lui m'avait fait abandonné mon appartement du centre ville, ma chambre de la villa familiale ne me servait plus que de dressing, et j'avais adopté le manoir comme résidence principale ou presque. A vrai dire je ne me surprenais même plus de me rendre dans la batcave lorsque je me réveillais seule en pleine nuit. L'obscurité et les chauves souris semblaient faire autant partie de ma vie que les mondanités et les réceptions. Bruce avait changé ma vie, et mon père ne cessait de me rappeler que j'aurais mieux fait de l'écouter plus tôt. Je me contentais chaque jour de lui sourire sans ajouter un mot, si seulement il savait.

J'avais également adopté Alfred, un vieil homme adorable que j'appréciais énormément, d'ailleurs Bruce ne cessait de nous reprocher de nous liguer contre lui. Malgré la noirceur de l'âme de Gotham, malgré mes craintes lorsqu'il enfilait le costume de Batman, j'avais sincèrement l'impression de vivre un conte de fée. Il faut dire que même physiquement j'avais changé, terminé les jeans et les tenues négligées, bonjour les robes et les slims, adieu les baskets et bienvenue aux talons. La journaliste semblait bien loin, et certains me l'avaient déjà reproché, allant jusqu'à accuser de nous liguer contre lui, ce qui me faisait toujours beaucoup rire, et aujourd'hui, au moment du repas ça ne manquait pas. Alors que Bruce reprochait la cuisine d'Alfred je fus obligée de lui faire reconnaitre que la finesse de la cuisine européenne me plaisait. S'en suivit un débat animé mais pas des plus intéressant lorsqu'on y pensait.

Quoi qu'il en soit, après le repas Bruce m'avait invité à une activité assez inattendue. Une visite au zoo, je n'y avais plus été depuis des années, j'étais encore toute petite. Je savais que si il faisait ça c'était pour me faire plaisir et j'en appréciais qu'encore plus le geste. Je portais une petite robe rouge bordeaux de grande marque et des escarpins, mais rien ne me faisait plus resplendir que de me trouver au bras de Bruce. D'ailleurs je marchais en restant toujours le plus proche de lui possible, il m'était au final bien plus nécessaire que l'oxygène qui nous entourait n'importe qui aurait pu le voir. Malgré les regards hostiles qui se posèrent sur nous alors que je sortis de mon sac un billet pour payer les places, je souris à mon Batman, lui adressant un petit clin d'oeil. Je n'étais pas avec lui pour son argent, j'en avais bien suffisamment, quoi que les gens pouvaient penser.

"Tu paris quoi que demain tu vas faire la une d'un journal à scandale t'affichant comme l'homme le plus radin de Gotham ?"

Je souriais amusée par la situation, une journaliste épiée par ses collègues ça avait de quoi amuser, non? Plissant le nez je déposais un baiser sur sa joue. Bruce ne semblait pas s'amuser autant que moi, mon regard vaguait si et là trouvant toujours un endroit où se poser, je ne m'extasiais pas réellement sur ces animaux qui n'avaient pas d'autres occupations que de dormir, mais j'aimais cet endroit, il me rappelait de bon souvenirs. Et puis cette journée me changeait des repas ennuyeux auxquels nous étions toujours invité. A vrai dire lorsque Bruce me laissait le choix je préférais toujours rester au manoir au moins nous n'avions pas besoin de jouer un rôle nous étions simplement nous même. Je posais ma tête contre son bras, marchant d'un pas lent, profitant simplement de l'instant présent. Je lui balançais un petit coup de poing dans les abdos face à ses paroles sur Alfred.

"Oh soit gentil avec Alfred, je suis sûre qu'il nous prépare une excellente soirée... Les huiles de massages et les aphrodisiaques surtout... Je crois qu'on devrait lui acheter un chien, ça lui fera peut être passer cette envie d'avoir des enfants partout dans le manoir. Un très gros chien."

Alfred m'avait toujours beaucoup fait rire avec cette idée de nouvelle génération, c'était peut être un peu trop tôt pour penser à tout ceci. Oh bien sûr je me voyais finir ma vie avec Bruce, mais je ne me voyais pas encore être mère, il devrait encore patienter quelques années. Contrairement à mon fiancé, je n'étais pas aussi douée que lui pour voir le crime mais je le sentis se crisper, ce qui attira immédiatement mon attention, suivant son regard, je compris bien rapidement ce qui le tracassait. Mon regard se posait tour à tour sur les malfrats présent si et là. A présent j'étais sur mes gardes. Je me contentais d'acquiescer, observant se qui se passait toujours de moi. A ses côtés je n'avais pas peur, il faut dire que pour une gamine de riche, j'étais assez difficilement impressionnable. Quoi qu'il en soit, j'aurais sans doute du prendre mon arme, mais ce n'était pas forcément évident de la cacher avec ma tenue. Je suivais d'un pas rapide Bruce qui m'entrainait je ne savais trop où.

Une fois dans une zone couverte et refroidit par une climatisation forte, je reconnu certains visages, et à cet instant l'inquiétude pu se lire sur mon visage. Je n'étais pas en présence de Batman mais de Bruce Wayne, avec un peu de chance nous ne les intéresserions pas.


"Je ne suis pas sûre qu'on devrait rester là, Bruce."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event 3: mission 3, massacre au ZOO (Pingouin et Rakel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [salon] Japan Event... à Clermont-Ferrand !!!
» Movie and Comic Event (18 au 19 Septembre 2010)
» Le pingouin intelligent
» COMICS PLACE : la petite émission
» MASSACRE DES ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE DE LUBUMBASHI DANS LA NUIT DU 11 AU 12 MAI 1990

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gotham City :: Zone Résidentielle :: Zoo de Gotham-
Sauter vers: